François Caron (né en 1931), historien économiste spécialiste du développement économique, industriel et technique aux XIXe et XXe siècles, recevra ce mercredi (16 novembre 2011) le Grand Prix de le Fondation Prince Louis de Polignac 2011 (créée en 1997[1]) dans les salons de l’Hôtel de Crillon (8e arrondissement de Paris)[2]. Cette distinction, décernée sur proposition de l’Académie française et accompagnée d’une dotation de 15 000 euros, récompense l’ensemble de la carrière[3] de ce professeur émérite d’histoire économique et des techniques à l’Université Paris-Sorbonne qui y a enseigné sa discipline pendant plus de vingt ans, de 1976 à 1998, et y a créé le Centre de recherche en histoire de l’innovation (CRHI)[4]. François Caron a publié l’année dernière chez Gallimard un ouvrage (que Pierre Nora considère comme « le plus important »[5]) consacré à l’innovation dans le secteur industriel (ruptures et continuités)[6], dans la lignée de ses travaux sur l’histoire des sociétés et des techniques industrielles[7], ainsi que sur les entreprises de plusieurs branches de l’économie[8]. Il a en outre dirigé les thèses d’Eric Buissière (1988)[9], Dominique Barjot (1989)[10], Michel-Pierre Chélini (1991)[11] et Florence Hachez-Leroy (1995)[12].

~~~~~~~~~~

Notes :

[1] « La Fondation Prince Louis de Polignac, créée en 1997 par le Prince Louis de Polignac et Madame le juge Irène Daurelle, a pour but de promouvoir la culture française et européenne et de contribuer au développement de la science » (Page d’information de l’Institut de France concernant la remise du prix [lien vers la page]).

[2] Dépêche AFP publiée sur Le Figaro.fr le 10 novembre 2011 [article en ligne].

[3] Commentaire de Pierre Nora sur la carrière de François Caron in Dossier de presse « Fondation Louis de Polignac : Cérémonie de remise des Prix 2011 », p. 1-2 (disponible en ligne).

[4] Page de présentation de la troisième édition des Jeudis de l’Imaginaire à Télécom ParisTech en mai 2011 (lien vers la page).

[5] Commentaire de Pierre Nora sur la carrière de François Caron in Dossier de presse « Fondation Louis de Polignac : Cérémonie de remise des Prix 2011 », p. 2 (disponible en ligne).

[6] François Caron, La dynamique de l’innovation : changement technique et changement social (XVIe-XXe siècle), Paris : Gallimard, 2010, 469 p [lien SUDOC].

[7] On relèvera, entre autres : François Caron, Le résistible déclin des sociétés industrielles, Paris : Perrin, 1985, 330 p. [lien SUDOC], François Caron, Les deux révolutions industrielles du XXe siècle, Paris : Albin Michel, 1997, 525 p [lien SUDOC].

[8] La thèse de François Caron portait sur la Compagnie du chemin de fer du Nord de 1846 à 1937 (dirigée par François Crouzet et soutenue à l’Université Paris-Nanterre en 1969 [lien SUDOC]).

[9] Eric Buissière, Les relations entre la France et la Belgique dans les rivalités économiques et financières en Europe (novembre 1918-mars 1935), Thèse de doctorat en histoire dirigée par François Caron et soutenue à l’Université Paris IV en 1988 [lien SUDOC].

[10] Dominique Barjot, La grande entreprise française de travaux publics (1883-1974) : contraintes et stratégies, Thèse de doctorat en histoire dirigée par François Caron et soutenue à l’Université Paris IV en 1989 [lien SUDOC].

[11] Michel-Pierre Chélini, La politique des prix en France : 1944-1950, Thèse de doctorat en histoire dirigée par François Caron et soutenue à l’Université Paris IV en 1991 [lien SUDOC].

[12] Florence Hachez-Leroy, L’aluminium français, instrument d’une stratégie de groupe (1911-1960), Thèse de doctorat en histoire dirigée par François Caron et soutenue à l’Université Paris IV en 1995 [lien SUDOC].